compte rendu AG du 10 février à Pantin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

compte rendu AG du 10 février à Pantin

Message par Fifou le Ven 13 Fév - 19:45

CONTRE LE PROJET DE REORGANISATION DE LA DIRECTION CIF




Suite à l’heure d’information syndicale tenue le mardi 10 février sur la Base archéologique de Pantin concernant les dernières informations sur l’état d’avancement du projet de réorganisation de la direction CIF par Mme Rémaury. Ce projet n’a fait l’objet d’aucune concertation. Il tend à faire passer en force et sous couvert d’expérimentation des intentions inacceptables.
80 agents et les représentants des organisations syndicales (CFDT, CGT, Snac-FO, Snac-FSU) tous réunis à Pantin se sont prononcés à l’unanimité moins une abstention « Pour » un préavis de grève le 23 février en accord avec leurs collègues de Tours, afin d’ouvrir des négociations sur la base des revendications suivantes :

- Contre la création d’un nouvel échelon hiérarchique qui revient à nier les compétences par l’établissement d’un contrôle arbitraire. A terme nous ne voyions aucune volonté de résoudre les difficultés liées au manque d’effectif des fonctionnels et des opérationnels. Selon le projet, le délégué scientifique, supérieur hiérarchique direct des AST, est un expert omniscient qui définirait seul la politique scientifique de l’interregion. Sont niés dans cette perspective : la collégialité de l’aspect scientifique de l’archéologie : qu’est-ce que la Recherche archéologique ? Quelles sont les missions de ce service public, des AST, des responsables d’opérations ? Scientifiquement à qui va-t-il rendre des comptes : Conseil scientifique, DST, CIRA ? Plus globalement, inutilité de la création de deux directeurs qui vont alourdir les échanges et les prises de décision.

- Renforcement des équipes en direction par l’embauche en nombre suffisant de personnel administratif et opérationnel sans prendre les gens pour des pions : nous somme contre une gestion des agents en termes de flux et de stock. Les agents absents doivent être remplacés, à tous les niveaux.

- Le découpage proposé pour les nouveaux centres archéologiques ne correspond pas aux réalités de la recherche actuelle : un département ou un pôle d’activité n’est en aucun cas une entité historique, ne tient pas compte des équipes chronologiques, transversales ou géographique déjà existantes. La collégialité est au centre de notre profession, tout découpage est préjudiciable. C’est une marque profonde et manifeste d’irrespect et d’ignorance envers nos compétences et notre engagement. Les agents administratifs et opérationnels n’y voient qu’un énième replâtrage d’un système qui peine à trouver son équilibre.

- Pour mettre les moyens en adéquation avec le taux d’activité

- Création de bases archéologiques en adéquation avec les effectifs.

- La directrice générale a confirmé Hervé Guy dans ses fonctions, nous constatons que la directrice interrégionale refuse de travailler avec lui le mettant à l’écart. Nous nous interrogeons sur ce procédé et sa légalité et demandons la réintégration d’Hervé Guy dans ses fonctions d’AST.

- Maintien des missions des AST dans leurs fonctions et leurs compétences exercées à l’heure actuelle : on ne reconnait pas la légitimité des futurs directeurs de centres, omnipotents et sans vocation scientifique. Les AST sont actuellement missionnés pour 3 ans renouvelables, comment la direction compte-t-elle changer les profils de poste sans les ouvrir ?

- Pour une gestion humaine et sociale des agents et en particulier des CDD. Nous demandons la reconnaissance et le respect des compétences acquises. Arrêtons de mettre à l’écart des agents autonomes et impliqués. C’est grâce au professionnalisme des agents qui n’ont jamais hésité à prendre sur eux physiquement et moralement afin de mener à bien leurs missions en palliant au manque de moyens chronique.

- Contre la culpabilisation des agents sur :
o le nombre de jour/homme dépensés par hectare, alors même que la direction se montre incapable de donner des chiffres fiables et d’utiliser des indicateurs crédibles.
o Tout dysfonctionnement de nature fonctionnelle ou opérationnelle de façon gratuite en mettant dos à dos les responsabilités de chacun sans chercher de solution pérenne.
o La valse des directeurs créant l’instabilité et la désorganisation n’est pas le fait des agents.

Nous sommes fermement opposés à ce projet de réorganisation qui n’a aucun sens.

Dans un système de plus en plus administratif, il nous incombe à nous, les véritables acteurs de la recherche archéologique, de faire entendre nos connaissances, nos compétences et notre position quant à l’organisation régionale et nationale de l’institut : rapproprions-nous ce débat !

Fifou

Messages : 81
Date d'inscription : 13/02/2009
Age : 35
Localisation : CIF-GO

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum